Chacun devrait pouvoir être créatif, d'où qu'il vienne.

Carsten Jörgensen a conçu la marque et les produits KoKoTé en étroite collaboration avec les réfugiés.

Entretien avec Carsten Jörgensen. Le Danois, qui vit depuis longtemps à Lucerne, a été responsable du design chez Bodum pendant plus de 25 ans et conseille des entreprises du monde entier sur les questions de design.

Interview :

Vous portez un regard critique sur le monde de la consommation et du luxe dans lequel nous vivons ?

Oui, je le vois d'un œil très critique. C'est un excès d'"avoir quelque chose", essentiellement de l'avidité. C'est un excès qui a déjà causé de très gros problèmes. Je viens d'une époque où l'on pouvait se contenter et conserver ce qu’on avait produit. Aujourd'hui, le design c’est juste de la consommation rapide. Achetez-le et jetez-le. Cela n'a plus beaucoup changé depuis les années 80. Dans les années 90, j'avais déjà plaidé chez Bodum pour que nous abandonnions le plastique au profit de matériaux naturels.

Une autre question qui vous préoccupe est celle de l'inégalité. Comment est né votre engagement social avec KoKoTé ?

C'est par hasard que j'ai rencontré Mark Buchecker, membre du conseil d'administration de l'association à but non lucratif, Association Equilibre, alors que je faisais de la voile. J'ai été socialement impliqué dès mon plus jeune âge. J'ai fondé deux écoles avec deux autres jeunes artistes au Danemark dans les années 60. À l'époque, on y trouvait beaucoup de jeunes qui, assez curieusement malgré un État très social, n’avaient pas de bonnes relations avec leurs parents ou la société, ce qui entraînait entre autres choses la toxicomanie. Nous avons ensuite essayé d'introduire une pédagogie créative où ils travaillaient avec leurs mains, peignaient, pouvaient revenir aux racines de l'être humain. L'école existe toujours et forme de jeunes artistes.

Chez KoKoTé, vous avez développé la marque et les produits en étroite collaboration avec les réfugiés. Comment décrire ce processus ?

Nous nous sommes assis ensemble à la même table dès le début. La conception peut être considérée comme un voyage de l'ego ou comme un processus de collaboration. Nous avons approchés les réfugiés avec une problématique très claire, qui a causé beaucoup de confusion au début. Parce qu'ils n'avaient jamais envisagé le problème sous cet angle : comment élaborer un produit s'il doit être fonctionnel, esthétique, ou même éthique. Avec une discussion aussi élémentaire, vous pouvez laisser se développer un processus créatif. Et j'ai essayé de faire profil bas. C'est ainsi que le sentiment d‘un « nous »collectif peut émerger que la réussite devient celle du groupe avec pour expression:

"Ce n'est pas le designer qui l'a fait, c'est l'équipe".

Cela facilite également une identification complètement différente avec la marque et l'entreprise. Une nouvelle tendance dans l'industrie du design est que le design ne doit plus être élitiste. On peut faire beaucoup de choses avec ça. J'ai beaucoup appris d'une expérience en Chine, lorsque j'ai créé un studio de design avec de jeunes designers et artistes chinois. C'est là que j'ai commencé à m'arracher les cheveux (rires).

Le processus de création peut donc être aussi laborieux. Le processus est cruellement lent. Comment comprendre cela?

Parce que l'engagement de chacun doit être pris en compte. Je suis d'accord avec Franz Huber et Yvonne Herzog (les fondateurs de KoKoTé) pour dire que la participation est très importante dans le processus de travail. De cette manière, la dignité de chaque individu peut être préservée. Si vous êtes simplement assis dans une salle de classe frontale ou dans une entreprise hiérarchisée, alors c'est un sentiment différent. En Chine, même après deux ans, je ne comprenais toujours pas exactement comment cela fonctionnait. J'étais totalement désespéré. Je ne comprenais pas leur culture parce qu'ils ne comprenaient pas la mienne . Ils n'avaient pas l'habitude de prendre des décisions et venaient toujours me voir avec ça. J'étais le "père" qui leur disait ce qu'ils devaient faire. Il a fallu deux ans et demi pour s'impliquer dans ce système et le changer, car c'est une culture vieille d 3 000 ans en Chine.

Mais avec KoKoTé, ce processus a été possible dans un temps relativement court ?

Oui, il a pris moins de temps, mais cela tient aussi à la volonté des fondateurs de KoKoTé. Ils vont vraiment jusqu'au bout de la mise en place de la responsabilisation des employés. Sinon, cette approche du développement de produits, telle que nous la pratiquons chez KoKoTé, ne serait pas du tout possible. Mais il y a toujours un potentiel de frustration : peut-on vendre ? Après tout, il ne sert à rien de faire venir un vieux designer comme moi, qui est bien connu pour cela, et puis tout va bien. C'est en fait un énorme défi que d'établir une telle marque. La gestion de ce projet de la manière dont les fondateurs de KoKoTé l'ont fait jusqu'à présent est, à mon avis, une grande réussite. Il faut beaucoup d'engagement et de temps pour mettre sur pied une entreprise comme KoKoTé.
L'un des objectifs de KoKoTé est de donner l'exemple aux autres entreprises pour qu'elles s'engagent auprès des réfugiés. Selon vous, que faut-il pour y parvenir ?

Cela prend beaucoup de temps. La volonté de le faire fait défaut en Suisse. Cela est lié à notre insécurité en tant que société. Nous réagissons de manière égoïste , c'est pourquoi nous avons tout adapté à nos besoins quotidiens. "Pas de problèmes sur ma table, s'il vous plaît", tel est le credo. Des auteurs comme Richard Sennett disent que l'innovation est créée là où il y a des frictions entre les dissidents. Ce serait une excellente occasion pour le peuple suisse de travailler avec les personnes qui viennent en Suisse en tant que réfugiés.

Que souhaitez-vous pour KoKoTé à l'avenir ?

Ce que je souhaite, c'est que nous réussissions à construire une structure d'entreprise où la créativité en est l'essence même. La réussite économique est également le grand objectif : un engagement social qui s'autosuffit. Ce serait un projet pilote très intéressant avec du charisme pour les autres.

Merci beaucoup pour votre engagement et cette conversation intéressante !.

Carsten



Design & Développement